Avec ses trois dépôts, dont un à Rouen, l’association Bouchons 276 vient en aide aux personnes en situation de handicap

Publié par Paris Brèves Normandie le 21/08/2015.

Depuis une dizaine d’années, B276 collecte de grandes quantités de bouchons, dans le but de les revendre à des fins solidaires. Avec ses trois dépôts, dont un à Rouen, l’association Bouchons 276 vient en aide aux personnes en situation de handicap.

Association. Depuis une dizaine d’années, B276 collecte de grandes quantités de bouchons, dans le but de les revendre à des fins solidaires.

Fondée il y a plus de dix ans par Dab Delaporte, l’association Bouchons 276 remplit une double mission, environnementale et solidaire. Tout en participant au développement durable, elle vient également en aide aux personnes en situation de handicap. Le dispositif imaginé par le président fondateur est simple : les bouchons récoltés dans les différents points de collecte sont acheminés vers l’usine de recyclage Ecoplastics, avant d’être revendus à diverses sociétés de plasturgie. Avec l’argent récolté, Bouchons 276 finance des équipements spécialisés, réservés à « toute personne, quel que soit son handicap ».

Bien que créée en avril 2003, l’association pâtit encore de quelques idées reçues. À ce propos, Dab Delaporte tient à être clair : « Tous les handicapés n’étant pas en fauteuil, nous ne finançons pas que cela. Nous participons également à l’aménagement de salles de bains ou de voitures, entre autres. De plus, il y a encore beaucoup de gens qui pensent que nous ne collectons que les bouchons de lait ou d’eau, ce qui est loin d’être vrai ».

Toujours est-il que l’année a particulièrement bien démarré pour le collectif qui a déjà récolté 127 tonnes (quarante de plus sont attendus à la rentrée) et redistribué 27 700 € à trente-deux personnes. « En fait tous les ans, c’est un nouveau record », se réjouit le directeur. L’an dernier, ils avaient récolté 208,86 tonnes de bouchons.

Seule ombre au tableau : les quatre-vingts bénévoles sont loin d’être de trop. « On manque surtout de bénévoles pour les animations du week-end », explique le directeur. À la rentrée, l’association est en effet invitée à bon nombre d’événements visant à promouvoir la démarche, et quelques volontaires supplémentaires ne seraient pas du luxe.

Prochaine étape ? « S’implanter dans les départements de la Manche, du Calvados et de l’Orne », afin d’être présent sur tout le territoire de la nouvelle Normandie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *